Comment fonctionne la tarification AWS ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Comment fonctionne la tarification AWS ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Tarification AWS : mieux comprendre le pricing du Cloud d'Amazon

Il est parfois difficile de comprendre le fonctionnement de la tarification AWS. Ces dernières années, l’avènement du Cloud Public a profondément transformé l’IT. Le développement d’une telle technologie modifie encore aujourd’hui le visage des entreprises et leurs habitudes en termes de traitement et de stockage des données.

Cet article a un objectif : vous permettre de mieux comprendre les bases de la tarification AWS pour vous aider à mieux comprendre votre facture AWS. Nous parlerons des trois grands types de facturation utilisées, puis nous plongerons dans les grands principes du pricing d’Amazon Web Services (data-transfer, on-demand, reserved instances…). On vous présentera enfin les avantages liés à l’offre gratuite proposée par AWS.

7.4 milliards de dollars de chiffre d’affaire en 2018 pour AWS ? Jeff Bezos a de quoi avoir le sourire.

La tarification du Cloud Public : un vrai avantage ?

Vous le savez certainement, mais dans le doute, un petit rappel ne fera de mal à personne : le Cloud Public apporte plusieurs avantages clés par rapport à une architecture On-premise traditionnelle. Pour résumer rapidement, la migration vers le Cloud promet trois grands avantages aux entreprises : plus de flexibilité, un time-to-market réduit et un meilleur contrôle de leurs dépenses.

Dans la réalité, la dernière affirmation s’apparente plutôt à une promesse marketing qu’à un avantage tangible. Pourtant, le Cloud est réellement adapté à une optimisation des dépenses IT grâce à un modèle de tarification flexible et adaptable en fonction des besoins des entreprises. Mais, pour de nombreux utilisateurs de Cloud Public, la compréhension des politiques tarifaires et des factures mensuelles est un véritable calvaire.

Résultat : bien souvent, les dépenses ne sont pas maîtrisées, les factures explosent et la stratégie de migration peut être remise en cause.

Le cas de la tarification AWS

En tant que leader du marché mondial, AWS ne passe pas entre les mailles du filet. La grande diversité de l’offre proposée, la multiplicité des services et la large gamme d’instances, favorise la complexité de l’offre AWS.

Sur la page dédiée à sa tarification, Amazon Web Services décrit son offre comme similaire à “des services tel que l’eau courante et l’électricité ” : vous ne payez que ce que vous consommez. Pour cela, AWS propose trois grands types de facturation :

  • paiement à la demande
  • paiement à l’usage
  • paiement basé sur la réservation de services

À première vue, rien de trop compliqué. Mais c’est sans compter sur les très nombreuses spécificités propres à chaque catégorie de produit proposés par AWS. Avec la gamme la plus large du marché, AWS propose inévitablement une tarification floue et difficile à déchiffrer.

Une (toute) petite partie des produits proposés sur AWS…

Les principes de base de la tarification AWS

Concrètement, en tant qu’utilisateur AWS, vous serez amené à rencontrer trois sources de facturation : la facturation de la puissance de calcul (compute), la facturation du stockage des données (storage) et la facturation du transfert des données (data-transfer). Sur votre facture, vous retrouverez donc généralement trois types de données, relatifs à ces trois grands items.

Le flou lié aux transferts de données

La facturation relative à la puissance de calcul et au stockage est généralement fixe et clairement exposée lors de la souscription au produit AWS. Vous payez à l’heure pour la puissance de calcul, en fonction de votre durée d’utilisation. Vous payez au GB pour le stockage. Assez simple à comprendre.

Au contraire, les data transfer sont parfois bien difficiles à déchiffrer et peuvent parfois créer des mauvaises surprises, voir générer des frustrations. AWS ne fait pas toujours preuve de transparence à ce niveau.

Pour résumer brièvement : vous ne payez aucun supplément pour les transferts de données entrants ou pour les transferts de données entre deux services AWS de la même région. Les transferts de données sortants sont eux agrégés entre les services et facturés en fonction d’un taux défini par AWS, en fonction de votre localisation et de la région de votre produit.

Sur votre facture, les coûts liés aux transferts de données sont indiqués dans la partie « AWS Data Transfer Out ». Il est également intéressant de noter que plus vos transferts seront importants et moins votre coût par GB sera élevé.

Les différents modèles de facturation d’AWS

Chaque produit AWS possède ses spécificités, et, donc, sa propre tarification. Ce qui ressemble à une usine à gaz peut s’avérer être une redoutable source d’optimisation lorsque l’on en maîtrise les rouages.

Pour clarifier un peu la situation, voici les 5 modèles de facturation utilisés par AWS. Ces 4 modèles font référence dans l’univers AWS et, bien que chaque produit peut présenter des prix différents, ils permettent de mieux déchiffrer votre facture mensuelle et de mieux préparer votre stratégie d’optimisation.

Le paiement à la demande

La facturation à la demande des produits AWS est synonyme de « sans-engagement ». Pour faire simple : vous n’avez aucun engagement vis-à-vis du produit que vous consommez. Vous payez simplement la puissance de calcul que vous utilisez, ou la quantité de stockage nécessaire à entreposer vos jeux de données. Aucun contrat sur le long terme, aucun paiement en avance : vous vivez votre relation avec AWS au jour le jour, en fonction de vos besoins quotidiens.

Les instances dédiées (Amazon EC2 uniquement)

Lorsque vous consommez de la puissance de calcul chez AWS (ou tout autre fournisseur Cloud), une multitude d’autres utilisateurs AWS peuvent également dépendre de cette puissance de calcul sans que vous en soyez informé. C’est un principe de mutualisation propre au Cloud.

Les instances dédiées vous permettent de profiter d’un hardware propre et uniquement dédié à votre activité. La tarification de ces instances dépend de deux choses : les frais d’utilisation horaire en fonction de l’instance choisie et les frais dédiés en fonction de la région de votre instance (facturés à l’heure, ce qui fait que vous payez un prix fixe, peu importe le nombre d’instances que vous exécutez).

Les Instances Spot (Amazon EC2 uniquement)

Les Instances Spot Amazon EC2 sont une sorte de recyclage des instances non utilisées dans le Cloud AWS. Elles sont très adaptées aux applications statiques et tolérantes aux pannes. Ces instances Spot sont généralement très avantageuses en matière de tarification, car elles sont commercialisées avec des réductions pouvant aller jusqu’à 90% du prix initial. Une bonne opportunité de réaliser des économies importantes.

Les Instances Réservées

Bien connues des utilisateurs AWS, les Instances Réservées sont une formidable source d’économies pour les gros consommateurs de Cloud. Concrètement, vous avez l’opportunité de réserver un stock d’instances en avance, sur une période de 1 ou 3 ans, en profitant d’une réduction pouvant aller jusqu’à 75%.

Ce modèle va à l’encontre du principe de paiement à la demande, mais permet à ceux qui sont en capacité d’anticiper leurs besoins de mieux gérer leurs dépenses et de réduire leur facture de manière significative.

Dashboard FinOps Excel gratuit et 100% manuel

Les Saving Plans

Les Saving Plans sont une sorte d’évolution récente des Instances Réservées. Alors que les instances ne permettent que la réservation d’instances très spécifique et l’établissement de plans très précis, les Saving Plans permettent eux de s’engager sur une famille d’instances. Bien plus flexible donc, pour les entreprises ayant besoin d’une plus grande marge de manœuvre.

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’intégration des Saving Plans à votre stratégie Cloud, nous avons écrit un article sur le sujet sur notre blog.

L’offre gratuite : une vraie opportunité pour bien démarrer avec AWS

Se lancer dans le Cloud peut parfois générer des craintes et c’est normal. Les fournisseurs de Cloud ne sont pas toujours très transparents et la diversité de l’offre mène souvent à la confusion. Pour bien démarrer avec AWS, l’offre gratuite est une vraie opportunité et un vrai gage de sérénité.

Ce n’est pas ici une version freemium très limitée d’un outil bien plus puissant. L’offre gratuite d’AWS vous permet de réellement entrer dans le monde du Cloud et de commencer à développer une stratégie cohérente sur la durée.

Pour résumer, l’offre se scinde en deux parties : d’un côté, les produits gratuits réservés aux nouveaux utilisateurs et valable pour une durée de 12 mois à compter de la date d’inscription ; de l’autre, les produits ouverts à tous les utilisateurs, sans limite de durée mais plutôt d’utilisation (ex : 200 millions de requêtes par mois sur AWS DynamoDB).

La tarification par famille de produits AWS

Maîtriser les grandes lignes de la facturation AWS permet déjà de mieux contrôler vos dépenses Cloud et d’être plus serein à l’heure de recevoir votre facture mensuelle. Pourtant, ce n’est pas l’assurance d’une optimisation totale des process de développement pour les utilisateurs AWS.

Pour mieux comprendre la tarification de chaque produit AWS, nous vous préparons une suite d’articles dédiés à chacune des 4 grandes familles de produits Cloud (les plus utilisées) : compute, stockage, base de données et network.

Retrouvez progressivement ci-dessous les liens vers ces différents articles qui sortiront lors des prochaines semaines. Pour rester informé de leur sortie, on vous conseille de nous suivre sur les réseaux sociaux !

On commence par un gros morceau : 1 – La tarification de la gamme Compute AWS

Linkedin

Facebook

Twitter

Laisser un commentaire

Tester Lota.cloud gratuitement pendant 14 jours